• Enceinte de 4 mois, elle perd son bébé...

    L’inacceptable... toujours et encore les erreurs d'identités...

     

    En 2014 !!!

     

    Enceinte de 4 mois, elle perd son bébé

     

    Zahara, enceinte de 4 mois, est hospitalisée à Saint-Vincent pour un cerclage. Mais une sage femme stagiaire lui administre par erreur un médicament qui ne lui est pas destiné.

     

    Enceinte de 4 mois, elle perd son bébé suite à une erreur d'identité...

     

    Ce qu'il reste désormais, c'est la douleur d'une mère et d'un père. Zahara, 28 ans, ne trouve pas les mots. Car comment expliquer ce qu'on ressent quand on vient de perdre son enfant.

     

    « Je suis effondrée, dégoûtée, dans un état de déprime totale. » Son mari Brahim trouve tout juste de quoi qualifier l'horreur : « On attendait notre bébé, on avait acheté ce qu'il faut, on avait préparé l'appartement. » Alors forcément, « c'est choquant, ça fait très mal au coeur ».

     

    Zahara est entrée à l'hôpital Saint-Vincent, pour un cerclage. L'intervention, qui vise à réduire le risque d'un accouchement très prématuré, était programmée le lendemain matin. Lundi, vers 8 h 30, elle fait donc une échographie :

     

    « L'enfant allait très bien, ils allaient pouvoir opérer. »

     

    Peu avant 9 h, une jeune stagiaire entre dans sa chambre pour lui administrer des comprimés.

     

    « Elle m'a dit que c'était pour dilater le col de l'utérus, puis elle est repartie. Moi j'ai pensé que ça servait à faciliter l'intervention. » L'étudiante sort de la chambre et Zahara prend les cachets. Les effets se font rapidement ressentir : « J'ai eu des contractions, j'avais mal, alors j'ai sonné. Une infirmière est venue et m'a dit que c'était normal. »

     

    - Puis tout s'enchaîne, l'erreur fatale...

     

    La Wervicquoise est emmenée au bloc opératoire pour le cerclage. Pendant l'intervention, les médecins constatent la présence anormale des comprimés dans le corps de la jeune femme. « Quand je me suis réveillée, ils m'ont expliqué qu'ils avaient dû expulser le foetus. Je n'ai pas compris, j'ai répondu que ce n'était pas vrai, que le bébé allait très bien. Ensuite je me suis rendormie sous l'effet de l'anesthésie : ils allaient me faire un curetage. » Brahim, lui, est au travail quand il reçoit un appel en urgence de l'hôpital : « Une fois sur place, j'ai vu ma femme qui n'allait pas bien du tout, je n'ai pas compris ce qui se passait. » Pour le couple, bouleversé, les explications des médecins ne sont pas claires : « Ils ont parlé de ma grossesse à risques, du médicament, on ne comprenait pas bien. Alors mercredi, on a appelé notre médecin généraliste. Et l'hôpital lui a expliqué qu'il y avait eu une erreur dans le médicament qu'on m'avait donné. »

     

    - Une enquête est ouverte

     

    L'explication, la direction de l'hôpital Saint-Vincent de Paul :

     

    Zahara devait « bénéficier d'un cerclage du col de l'utérus au 4e mois ». Seulement, « le professionnel de santé qui avait en charge l'unité de soins a délégué à une étudiante sage-femme l'administration d'un médicament destiné à une autre patiente, hospitalisée dans une chambre voisine pour un curetage ».

     

    La stagiaire a respecté la prescription, la posologie, le numéro de chambre...

     

    - Mais voilà, elle a oublié une chose :

     

    « vérifier auprès de la patiente son identité ! ». 

     

    Source : 

     

     

     Mr Pascal Weber

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :